Aārp – Novae Gemmae

Suite du projet The Wanderer mené par une des jeunes plantes d’InFiné, Aārp s’abandonne à un élan bucolique sur un nouvel EP. Le long de ses cinq morceaux d’électronica montés sur spirales mais gorgés de finesses, Novae Gemmae se lit comme une ode naïve à la flore renaissante.

Et si l’on s’offrait, le temps d’un EP, un peu d’espace pour optimiser notre regard sur la nature qui nous entoure ? Oser suspendre un instant l’alarmisme ambiant, pour retrouver l’enchantement des baladins de la Renaissance comme Ronsard, qui s’émerveillaient du printemps retrouvé ? Essayer de penser l’environnement dans un renouvellement constant et non dans la fin d’un cycle ? Et enfin : tout cynisme mis de côté, pourquoi ne pas se laisser aller à un chant électronique à la gloire des floraisons à venir ?

C’est dans cette disposition d’esprit qu’a germé la première sortie d’Aārp (pour « arpèges »), nouvelle incarnation de The Wanderer. Nourri aux mêmes sources que bien d’autres artistes d’InFiné (autant dans l’école Warp que chez les compositeurs classiques ou contemporains), cette jeune force du label parfait le délicat travail qu’il avait précédemment entamé, l’espace de deux EPs et un clip, sous une forme plus éclatée. Conçu avec un oeil sur la végétation en éveil, Novae Gemmae – « nouveaux bourgeons » – emprunte son titre au latin, une langue dans laquelle la nature a été étudiée à longueur de traités de science ou de philosophie pendant l’époque moderne, bien avant l’ère industrielle. De ce terreau d’inspiration qui fait écho aux préoccupations écologiques de notre temps, est née une poignée de morceaux aux couleurs plus franches, à la composition ramassée, et aux émotions mieux traduites.

Pour tendre à une expressivité mesurée, Aārp s’est écarté de l’infini des possibles que permet la production par ordinateur en se limitant, à quelques entorses près, aux six voix monophoniques de l’Elektron Monomachine. Il en découle une écriture modeste et une production pure en pleine maîtrise de ses effets, qui prend soin de ne pas complexifier sans raison. Ainsi Novae Gemmae se déroule comme un cycle en plusieurs étapes : un déploiement mélodique majestueux (Gemmae 1 & 2), pas avares en cascades et en lignes synthétiques à deux doigts de la trance techno ; un saut de l’ange pour reprendre sa respiration (Gemmae 3) ; puis un rebond hyperactif sous de multiples arcs lumineux (Gemmae 4), avant de quitter enfin la piste au pas, dans l’isolement et le doute – comme si la suite n’allait pas tarder. Aārp offre ainsi un bel essai d’électronica botanique, qui sème un léger vent d’espoir et d’innocence.

 

Sortie : 15 mars 2019 – InFiné

 

Tracklist
01 – Gemma I
02 – Gemma II
03 – Gemma III
04 – Gemma IV
05 – Gemma V

Discographie AARP