Bruce Brubaker – Glass Piano

COVER_Bruce Brubaker - Glass PianoIl y a une simplicité que j’aime – un son pur, essentiel. Ce n’est pas nécessairement la musique qui raconte l’histoire. C’est plus le son qui devient conscient.”

Le point fort de Bruce Brubaker est de comprendre et réinterpréter la musique de Philip Glass. Il entretient une relation particulière avec ses compositions, encouragé par le critique de musique et producteur américain Tim Page (Pulitzer Prize 1997) qui a introduit Bruce Brubaker à la musique de Philip Glass. Depuis ce jour, soit plus de 20 ans, Brubaker et Glass se sont rencontrés à plusieurs reprises pour évoquer ces reprises et c’est alors installé chez Bruce une profonde compréhension des intentions intimes et des particularités de Philip.

Les fans sont probablement familiarisés avec le concept de remix dans les musiques électroniques – quand un artiste réinvente un morceau à partir des compositions originales  – mais l’art du remix existe également depuis longtemps dans le monde de la musique contemporaine et classique. Le pianiste New-Yorkais Bruce Brubaker a dédié sa carrière à cette démarche. Un artiste qui a non seulement maîtrisé l’art de réinterpréter certaines grandes compositions mais qui a aussi ajouté de sa propre vision, les ré-imaginant et les poussant à leurs paroxysmes pour leurs offrir une nouvelle forme unique.

Comme Brubaker l’affirme, « la culture du remix, l’art de post-production est un art actuel. Les artistes aujourd’hui se frayent un chemin à travers ce qui s’est fait dans le passé. Je vois que je le fais de plus en plus. Je commence à partir de notes écrites par Philip. Mais la musique est une activité de groupe, une transaction. Cette musique n’existe que parce qu’elle fût écrite, puis interprétée par moi, et écoutée par des auditeurs. Les auditeurs qui l’écoutent complètent cet art. La première fois que j’ai joué ‘Mad Rush’ pour lui, à peine avais-je joué les premières notes que Philip m’a dit : « Voyons ce que tu as à dire dans ce morceau ».

« Glass Piano » est arrivé presque par hasard chez InFiné, par l’entremise de Francesco Tristano (élève de Bruce à la Juilliard School de New York) qui fut le premier à proposer un remix des tous premiers enregistrements. Il est alors devenu clair que Bruce Brubaker était prêt à réenregistrer et revisiter les compositions de Philip Glass.

« Faire un enregistrement est une épreuve musical intense. Durant le processus d’enregistrement, vous apprenez énormément, il faut souvent refaire les choses. J’ai joué certains de mes morceaux de nombreuses fois. Peut-être parce que c’est toujours aussi surprenant de voir à quel point cela continue d’évoluer. »

L’enregistrement a été fait en France, dans le nouveau Théâtre & Auditorium de Poitiers (TAP), près du site du workshop estival d’InFiné. Quand Brubaker enregistre et joue la musique de Glass, il convoque l’esprit de compositions originelles pour créer un nouveau langage qui communique un sentiment similaire mais qui installe un tout nouveau contexte.

“Je ne joue pas de notes différentes de celles écrites. Cependant, les rythmes exacts, l’organisation des phrases, la pondération des accords, l’utilisation de la pédale du piano, tous ces éléments varient. Le processus moment par moment n’est pas toujours volontaire ou idéal. Bien sûr, il y a de la préparation et de la pratique. Mais j’essaie d’écouter la musique comme elle est, tel un auditeur extérieur, un observateur. Je réponds aux sons que j’entends mais je ne fais pas forcément les choses délibérément.”

« Glass Piano » de Bruce Brubaker sortira en édition vinyle double gatefold vinyle et digipack CD. L’édition vinyle comprend également deux titres bonus exclusifs.

Toutes les partitions ‘solo’ ont conservées leurs noms originels. Les morceaux tirés des opéras sont en revanche un peu différents. Le morceau que nous avons appelé ‘Evening Song’ est parfois appelé ‘Satyagraha, Act III, Conclusion’.

A propos de Bruce Brubaker

Brubaker a été formé et diplômé à la Juilliard School (NYC), où il a reçu la plus haute distinction de l’école, le prix Edward Steuermann. Il a enseigné dans la prestigieuse école de 1995 et 2004 et s’y est illustré via des collocs auprès de Philip Glass, Milton Babbitt et Meredith Monk. Brubaker a aussi donné de nombreuses master classes à la Juilliard School, au Royal College of Music de Londres, à l’académie Sibelius d’Helsinki, à l’université de Columbia, à l’Institut d’Etudes Supérieures de Princeton ou encore à l’École Normale Supérieure de Paris.

Les articles de Brubaker sur la musique sont parus dans le journal Wall Street, USA Today, Piano Quarterly et dans le magazine Chamber Music. Bruce a également enseigné le piano à Francesco Tristano avec qui il joue occasionnellement à New York et un peu partout dans le monde. Cette relation fructueuse a amené InFiné à inviter Bruce Brubaker à Poitiers, en 2012 à l’occasion de leur workshop annuel, pour enregistrer ce sublime album.

Des performances live du Hollywood Bowls au Avery Fisher Hall de New-York, aux enregistrements studio pour ECM, Bedroom Community et Arabesque, sur les projets «Drones » avec Nico Mulhy ou encore  « Les Piano Songs »  de Meredith Monk et Ursula Oppens, Bruce Brubaker se distingue aussi en jouant Mozart avec la Philharmonie de Los Angeles, ou Philip Glass sur la BBC. Il est aussi quasiment résident au Poisson Rouge de New York.

« Les célèbres arpèges de Glass sont, dans les mains de Bruce, soyeux ou strictes, ce qui est précisément la façon dont ces structures sont destinées à se comporter. Un arpège doit être comme un échafaudage harmonique, une version ‘cassée’ d’un accord qui devient plus fort que l’original. Cela peut être une toile d’araignée, une structure en sucre effilé, ou même un élément massif en acier, Bruce taquine toutes ces interprétations pour donner à la musique une palpitation, un changement de surface au-delà de sa construction statique et rassurante. » – Nico Mulhy (Compositeur).

 

Sortie : 1er juin 2015 – InFiné

 

Bruce Brubaker – Metamorphosis 1