Cubenx – Fractal City

Fractal City, le nouvel album du producteur mexicain Cubenx est une collection de jams terrestres et de ballades arachnéennes particulièrement propices à l’écoute en milieu urbain. Là, où ses prédécesseurs déjouaient les codes en vigueur et brillaient par la versatilité de leurs révérences, ce nouvel opus offre à son auditeur un environnement sonore intense et symbolique.

La puissance immersive de cet album tient en partie au processus de production employée par l’artiste mexicain. La matière première de « Fractal City » a d’abord été conçue comme une série d’échantillons sonores destinée à alimenter les paysages sonores des installations de l’artiste visuel Maotik. Ces extraits agencés par des patchs génératifs en temps réel ont donné lieu à des plages de musique déclinée en centaines de nuances et étendue sur une durée infinie.

Enregistré live en une seule piste sur une courte période de quelques semaines, les neufs morceaux de « Fractal City » capturent les obsessions de son auteur pour les paysages urbains post-modernes en général, et la découverte de Paris sous de nouvelles perspectives en particulier.

Le morceau d’ouverture ‘Ssarg’ laisse apparaître en toile de fond l’ombre du producteur mexicain Jorge Reyes. Cubenx y parachève une forme de cocon énergétique et extraterrestre, un chez-soi mystique et spirituel en parfaite harmonie avec une nature foisonnante et originelle.

Transect’ fait référence au modèle de développement urbain du même nom et qui s’appuie sur une division de la ville en zones « fractales » autonomes et non hiérarchisées de la périphérie au centre. Elle fait aussi écho au concept de « métro polarités » qui envisage la ville en mosaïque de groupes sociaux. « En faisant du vélo le soir avec un ami, on a pu s’éloigner du centre-ville vers la banlieue de Paris. Les contrastes sont flagrants. Tu passes des quartiers chics aux cités dortoirs, des zones industrielles aux camps de caravanes improvisés. Mais il y’a une espèce d’énergie dans cette hétérogénéité qui te pousse à continuer de pédaler pour aller plus loin. »

Il arrive que l’art et l’urbanisme cherchent à initier un nivellement des différences culturelles et sociales de la banlieue parisienne. « Des sites architecturaux comme les Arcades de Bofill sont magnifiques. Des projets complétement extravagants, qui semblent émerger de nulle-part. » Ces édifices ambitieux et esthétiques hors des sentiers battus touristiques, se sont dégradés avec le temps et apparaissent loin des préoccupations de la population locale. Ce sentiment de beauté nostalgique est particulièrement perceptible sur les plages les plus lentes et introspectives de l’album comme ‘Urban Decay’, ‘Hagel’ ou ‘Axe Majeur’. Pour autant, elle ne laisse jamais place à une mélancolie du vide. « A chaque fois, on a l’impression que la culture urbaine reprend ses droits et que les jeunes se réapproprient les lieux d’une manière ou d’une autre. »

Comme ‘Transect’, ‘Quantified’ et ‘Fractal City’ se présentent comme autant de miroirs d’un quotidien urbain en perpétuel mouvement. Tous trois, s’appuient sur un noyau dancefloor, puissant et entêtant, qui achemine des beats à grand coup de compresseurs analogiques vers les zones reptiliennes du cerveau de son auditeur.

À cette mécanique de précision froide et millimétrée répondent des excursions sonores à la nature spirituelle et illuminée. Sur ‘Human Dilemma’, Cubenx semble hésiter à ouvrir la boite de pandore des théories transhumanistes. Là, où ses longues nappes éthérées offrent à son auditeur un sentiment de parfaite plénitude, ses distorsions de guitare sur la fin du morceau parviennent à semer le doute sur les perspectives du genre humain. ‘Smash Other’ alterne les douces dissonances sur un océan de bruit blanc et conclue l’album sur note d’apaisement.

Avec ce nouvel album, Cubenx élude ses amours inconciliables entre l’indietronica shoegazienne et la techno pour se concentrer exclusivement la production de matière expérimentale mutante. Il livre une trame directrice et un objet sonore fascinant, riche en image et en sensation, mais a appris s’effacer devant son auditeur pour le laisser maître de sa propre narration.

 

 

Sortie : 13 octobre 2017 – InFiné

 

Cubenx – Ssarg

 

Tracklist
1 – Ssarg
2 – Transect
3 – Fractal City
4 – Urban Decay
5 – Hagel
6 – Human Dilemma
7 – Quantified
8 – Axe Majeur
9 – Smash Other