The (Hypothetical) Prophets

COVER_THP_AroundTheWorldWithInFiné livre le 4 mars 2016 la version complète d’une œuvre oubliée et pourtant fondamentale de la new wave. En 1982, le pionnier français des synthétiseurs, plasticien et scénographe, Bernard Szajner, et le musicien britannique, Karel Beer signent sous les pseudonymes de Joseph Weil et Norman D.Landing un album-concept provocateur.

Sorti originellement sur CBS/EPIC, « Around the World with…The (Hypothetical) Prophets » fut érigé en référence par le cercle des amateurs de synthétiseur minimal, mais passera inaperçu aux oreilles du grand public. En 2004, une compilation mythique sur la période (So Young, Mais So Cold: Underground Music française 1977-1983) insuffle un regain d’intérêt conséquent sur la blogosphère spécialisée, autour de cet album. En 2016, InFiné poursuit le travail de réédition, amorcé avec « Visions of Dune », en ressortant une seconde œuvre séminale de la carrière de Bernard Szajner, dans sa version finale, remasterisée à partir des bandes originales, agencée dans l’ordre initialement souhaité par les artistes et agrémentée de bonus inédits.

Citant William Burroughs ou Brion Gysin, des brèves actualités tirées des quotidiens d’époque, l’album reprend des thématiques chères à Cabaret Voltaire avec une tonalité satirique unique, qui trouve aujourd’hui un écho tout particulier dans notre actualité. Leur marque de fabrique musicale, associant des excursions vocales rappelant The Flying Lizard ou B52, le primat du grain analogique et le refus d’étiquette stylistique, semble aujourd’hui plus clairement ouvrir la voie à la scène dance/punk de la fin années 90.

Around The World With The (Hypothetical) Prophets

À la suite de l’accident nucléaire de Three Mile Island en Pennsylvanie, Jackson Browne, Bonnie Raitt, Graham Nash et Bruce Springsteen s’allient pour l’organisation d’un concert de protestation “No Nukes” au Madison Square Garden. À plusieurs milliers de kilomètres de là, à Paris, l’initiative retient alors l’attention de Karel Beer et Bernard Szajner.

Que des rock stars américaines puissent s’unir et décide d’alerter face aux risques posés par l’énergie atomique était louable, mais qui serait en mesure de faire ce travail si une situation similaire venait à se produire dans l’Union Soviétique voisine? Ainsi furent plantées les graines d’un disque qui allait mettre en scène la construction d’une centrale nucléaire et les conséquences d’un hypothétique événement malheureux.

Sorti en 1980 sous le pseudonyme « Proroky » (les Prophètes), ‘Back To The Burner’ persuade ses auditeurs que des musiciens russes en sont à l’origine, et qu’il a été exporté clandestinement d’Union Soviétique. Surfant sur la vague de la cold wave, le titre minimaliste incorpore la voix d’un dissident russe dans le rôle d’un scientifique soviétique dont le projet n’aurait pas satisfait aux exigences. Pour la face B, alors que Beer et Szajner proposaient d’enregistrer un pastiche de Trans Europe Express de Kraftwerk, faisant passer la voie ferrée en Sibérie, Dmitri, le narrateur russe, eut l’idée plus radicale de simplement nommer tous les goulags (officiels et officieux) entre Moscou et Vladivostok. Comme pour sa face A, ‘Back to Siberia’ ne passa pas inaperçu auprès du KGB.

Il n’échappa pas non plus à l’attention d’Alain Maneval, DJ français à la radio, qui fit le nécessaire pour que le disque sorti chez le Britannique Hypothetical Records parvienne jusqu’à CBS, à Paris. Les raisons pour lesquelles CBS France fût tenté d’éditer le titre en russe d’un groupe non identifié, lequel n’avait aucune intention d’enregistrer une suite, demeurent mystérieuses. Mais ils le firent, accompagnant leur offre d’une proposition en cas de futurs enregistrements.

L’aventure aurait pu s’arrêter là si un article publié dans l’International Herald Tribune n’avait pas accroché l’œil des Prophets. Le destin de Raoul Wallenberg était inconnu du grand public jusqu’à cette parution en 1982. Diplomate suédois en poste à Budapest en 1945, Wallenberg sauva des milliers de juifs hongrois des camps de la mort, avant d’être arrêté par les Soviétiques et de disparaître sans laisser de trace dans l’un des goulags mentionnés dans ‘Back to Siberia’. À l’aide du cut-up, technique conçue par Brion Gysin et pratiquée par William Burroughs comme David Bowie, les désormais (Hypothetical) Prophets enregistrèrent un envoûtant maxi 45 tours aussi incompréhensible que glaçant, intitulé ‘Wallenberg’. Cet enchaînement de phrases à la clarté hasardeuse fut traduit en français et mis sur le marché par Epic/CBS peu après sa version originale au Royaume-Uni.

Les (Hypothetical) Prophets espéraient qu’avec la puissance de CBS International, ils pourraient sortir le disque à travers le monde, avec une traduction pour chaque pays. Ce tour du monde linguistique n’eut jamais lieu, mais CBS fit jouer sa proposition d’album que Beer et Szajner saisirent. Si aucune chanson n’était prête, ils disposaient déjà d’un titre pour ce disque et d’un flot abondant d’idées comme de pseudonymes. C’est ainsi qu’en 1982, Joseph Weil et Norman D. Landing lancèrent l’enregistrement de « Around The World With The (Hypothetical) Prophets ».

En récupérant simplement des textes glanés dans les petites annonces du Time Out London et du Village Voice de New York, ils créèrent ‘Person To Person’, tandis que d’autres types d’annonces telles que celles des aéroports et métros fournirent les paroles pour ‘On The Edge Of The White Zone’. La prolifération soudaine des fast-foods à Paris inspira le déjanté ‘Fast Food’, la météo marine de la BBC fut modulée pour ‘The Fisherman’s Friend’, et les effets du plomb présent dans l’essence sur la jeunesse britannique alimentèrent ‘I Like Lead’ au ton ironique.

Les vidéos réalisées pour ‘Person To Person’ et ‘Fast Food’ éveillèrent la curiosité de CBS à Londres et New York, qui distribuèrent des versions revisitées de l’album et des maxis 45 tours pour le Royaume-Uni et les États-Unis.

Cachés derrière leurs pseudonymes et occupés par d’autres projets, la promotion de ces sorties fut difficile pour Karel et Bernard. Rapidement, les disques furent très recherchés et devinrent l’objet d’un véritable culte pour leurs admirateurs.

Depuis 30 ans et malgré l’effondrement du bloc soviétique, les (Hypothetical) Prophets ont décliné toutes les offres visant un nouveau lancement de « Around The World With », ainsi que toutes les propositions de rééditions de leurs albums qui leur ont été faites. Avec cette réédition sur InFiné, Bernard et Karel pourront enfin révéler les origines de ces enregistrements restés teintés de mystère depuis des décennies.

Tous à bord, pour un voyage “Around The World With The (Hypothetical) Prophets”.

 

Sortie : 4 mars 2016 – InFiné

 

The (Hypothetical) Prophets – Wallenberg

 

 

Tracklist
01. Around The World With The Prophets
02. Back To The Burner
03. Fast Food
04. I Like Lead
05. Person To Person
06. The Fisherman’s Friend
07. On The Edge Of The White Zone
08. Wallenberg (version française)
09. Back To Siberia
10. Fast
11. Terminal New York
12. Budapest 45