Weval – Weval

COVER_Weval - WevalQuand Kompakt a rencontré le duo WEVAL, basé à Amsterdam et composé de Harm Coolen et Merijn Schotte Albers, dans cette même ville en 2014, nous avons été surpris par leurs morceaux profonds et délicats.

Leur premier EP « Half Age » sur Atomisation dévoilait une pop électronique intime et étonnamment cinétique qui nous a convaincu qu’ils étaient faits pour rejoindre la famille Kompakt. Après avoir sorti deux EP acclamés sur Kompakt et des lives dans de nombreux festivals tels que DGTL, Reeperbahn, Iceland Airwaves et Piknic Electronik, les deux compères se sont mis à leur premier album sobrement intitulé « Weval ». Ce que vous avez devant vous n’est pas une simple collection de morceaux, mais une expérience organique complète et fluide, avec un fil narratif et une valeur émotionnelle.

Frappés par l’approche unique et accrocheuse de Weval dans la production d’une musique électronique sombre, il n’en a pas fallu plus pour nous persuader…En 2014 sortait leur premier EP « Easier », suivi par le brillant « It’ll Be Fine / Grow Up » EP en 2015 qui a vu le duo creuser un peu plus profond qu’avant dans les granularités de son électro funk. Cependant, la musique de Harm et Merijn – bien qu’étonnamment accomplie même à ses débuts – a toujours semblé destinée à plus. Un plus grand format, plus d’espace pour explorer les coins et les recoins de leur cosmos sonore en constante évolution.

Autrement dit, ils avaient besoin de se pencher sur leur album et leur cher studio de salon ne faisait plus l’affaire. Weval a trouvé ses nouveaux quartiers dans une ancienne école transformée en pépinière d’entreprises créatives. Durant l’été 2015, le lieu étant le plus souvent déserté par les gens parti profiter du soleil en extérieur, nos deux héros ont transformé le grenier en un endroit idéal pour faire du son en continu et perdre la notion du temps.

Et, à part l’expulsion sommaire d’un locataire, l’occasionnel match de foot entre amis et quelques lives à travers l’Europe, il n’y avait pas grand-chose pour venir interrompre leur ambiance studieuse. Ce n’est pas comme s’ils cherchaient des distractions : « travailler sur notre album seuls dans la fournaise de ce grenier était tout ce que nous avions en tête, » admettent les artistes. Ils ont décidé que leur album ne devait pas sonner trop ‘propre’ : « on a essayé de trouver la beauté dans l’imperfection. Ca fait sonner les choses de manière plus humaine. »

Weval ne tire pas ses inspirations d’un seul genre de musique mais d’une accumulation de musiques qui les inspire. En résulte une vision étonnamment cohérente, des morceaux comme le dramatique « The Battles », les basses florissantes « I Don’t Need It » ou le psychédélique et épique « Madness » partagent le même ADN de nostalgie enjouée, un talent pour sculpter un son immersif et une certaine singularité dans le groove.

Ils se nourrissent aussi profondément de leurs expériences et humeurs personnelles, comme le démontre la balade électronique hantée de « You’re Mine », les textures délicatement superposées de « Just In Case » ou les vocaux mélodieux de « Years To Build ». Et parfois, c’est juste un piano désaccordé qui traine dans l’entrée : « quand je suis passé devant, je n’ai pas pu m’empêcher d’en jouer, » dit Merijn, « donc Harm a décidé de commencer à enregistrer et c’est devenu une grande partie de « You Made It (part I) ». » Il n’y a pas de doute, cet album est leur pièce la plus puissante et brillante, ce qui n’est pas peu dire en considération du talent dont ils ont déjà fait preuve jusque-là.

 

Sortie : 10 juin 2016 – KOMPAKT

 

WEVAL ‘I Don’t Need It’ – extrait de l’album « Weval »

 

Tracklisting

  1. Intro
  2. The Battle
  3. I Don’t Need It
  4. Square People
  5. Madness
  6. Ways To Go
  7. You’re Mine
  8. Days
  9. Just In Case
  10. You Made It (Part I)
  11. You Made It (Part II)
  12. Years To Build